Témoignages des élèves

Timothée, Allan et Lucas sont en 4e tous les trois, dans des collèges différents avec des histoires bien différentes (Timothée a 8 frères et soeurs, Lucas est fils unique, Timothée et Allan habitent Espaly, Lucas en banlieue de Lyon). Ils ne se seraient peut-être pas côtoyés sans l’internat. Aujourd’hui ils forment un bon trio de choc, parfois même un peu bruyant. Voici quelques questions que don Didier-Marie leur a posées :

Pourquoi es-tu venu à l’internat ?

Lucas : Pour y trouver des copains, une hygiène de vie et un cadre pour travailler. C’est maman qui a eu l’idée, et après une réflexion assez longue, j’ai accepté et compris que c’était pour mon bien.

Timothée :  J’y reviens cette année de ma propre initiative. J’ai beaucoup de mal à travailler chez moi ; ici c’est plus simple, et puis je voulais aussi accompagner Allan. Je trouve que c’est une bonne chose de quitter les parents, je trouve que mes relations avec eux sont meilleures aujourd’hui, et c’est pareil avec mes frères et sœurs. C’est aussi une chance de pouvoir vivre une vie de prière normale, sans se prendre la tête et sans être moqué parce qu’on est chrétien.

Allan : Pour mieux travailler, et pour être plus autonome. C’est Timothée qui m’en a parlé l’année dernière et j’ai réussi à convaincre mes parents de m’y mettre.

Qu’est ce qui te plait particulièrement dans une semaine à l’internat ?

Timothée : Les enseignements du mardi soir me font grandir dans la foi. J’ai parfois du mal à suivre, car le mardi est une grosse journée pour moi, mais j’aime ces temps d’échange sur la Parole de Dieu et encore plus sur le Youcat. 1h30 d’étude c’est fondamental, j’en ai besoin pour faire tous mes devoirs et avoir de bonnes notes. Mais la soirée du jeudi est la meilleure, c’est la soirée détente, avec du sport, des jeux ou même parfois un film. Elle m’aide à bien relâcher la pression des études.

Lucas : J’ai besoin de sport pour évacuer mon trop plein d’énergie, et ça me fait du bien d’en faire avec les autres, dehors quand il fait beau, ou à l’intérieur (ping-pong et baby-foot) quand il fait mauvais ou déjà nuit. La soirée du jeudi, je l’attends toute la semaine.

Allan : Le climat de travail. Je peux travailler efficacement. La religion, la chapelle, don Didier-Marie qui est là pour nous écouter. Je viens de perdre mon papy et il m’a beaucoup aidé à en parler et encore maintenant je peux lui en parler ; et comme le cimetière n’est pas loin, on peut y aller ensemble. J’aime aussi les temps de détente, surtout les parties de baby-foot.

Connaissez vous des difficultés ?

Lucas : On se couche un peu tôt (21h30). On doit faire 5 tours de la cour quand on dit un gros mot.  Même si j’y fais attention, il y en a qui m’échappent parfois.

Timothée : Le mardi c’est un peu dur, je n’ai que 30 minutes pour manger à midi, le soir je termine à 18h et quand j’arrive, je dois prendre mon goûter sans traîner pour aller en étude. Parfois j’ai beaucoup de devoirs, et retourner en étude après le dîner, ça je n’aime pas. J’aimerais avoir un peu plus de temps pour lire dans mon lit le soir.

Allan : Le lever à 6h30 ! Et puis le ménage du vendredi matin : ce n’est pas toujours très drôle ; ça dépend sur quoi on tombe.

Comment vivez-vous la messe du mercredi?

Lucas : J’aime bien la Parole de Dieu. Souvent je la trouve compliquée, mais le sermon l’explique et je trouve ça super. C’est très chouette d’avoir un sermon rien que pour nous, qui nous parle directement.

Timothée : J’aime bien cette messe du mercredi. On peut être plusieurs à servir la messe, et alors on peut faire thuriféraire, acolyte… En plus il y a des internes qui jouent de la guitare : ça donne de la vie.

Allan : La messe n’est pas longue du tout quand on la sert. C’est une chance de l’avoir ! Je n’y vais pas souvent le dimanche, alors cela m’aide à vivre ma foi. On a d’autres messes proposées dans la semaine et j’essaye d’y aller au moins une fois dans la semaine. La messe me permet de réfléchir.

Quels sont vos projets? Avez vous une idée de métier?

Lucas : Soit le secteur de la mécanique auto ou moto, soit le secteur de l’hôtellerie de luxe.

Timothée : Plutôt dans le secteur militaire.

Allan :  La mécanique et la carrosserie.

Lucas tu as fait une demande de baptême, peux-tu expliquer comment tu en es venu là?

Lucas : Au début je n’y croyais pas du tout. Maintenant je comprend mieux les choses, je peux poser mes questions et en parler avec mes copains. Avant j’avais une idée toute faite de la religion. En fait ce n’est pas du tout ce que je pensais : c’est beaucoup mieux ! J’en ai longuement parlé avec mes copains (il ne faut pas le dire trop fort : c’était après l’horaire du coucher, mais nous ne nous sommes pas fait prendre car nous parlions tout bas) et aujourd’hui j’ai envie de m’y engager pour la vie. Je suis content de m’y préparer. En plus mes copains m’accompagnent dans cette démarche : c’est vraiment chouette !